Démarche

Bio

CV

Si je photographie le monde, je suis également intéressée par les photographies existantes abandonnées trop souvent par les familles ou la société. Albums vendus par lots sur le web, vieilles publicités ou objets reliés au médium et jugés désormais désuets forment un ensemble d’artéfacts dans lequel je puise afin de questionner notre rapport à la photographie. Dans quelle mesure ces hommes et ces femmes posant devant la caméra correspondent aux normes de réussite sociale de leur époque? Comment nous convaincre d’acheter dans le cas de la publicité? Les jeux d’illusion qu’entraîne le médium photographique me portent à mon tour à réorganiser le réel.

Tel l’enfant devant des blocs Lego, je découpe, colle et juxtapose des images issues de différentes sources et époques sans accorder plus d’importance à l’une qu’à l’autre. À travers le photomontage, l’installation, la photographie et les images en mouvement déployés sur différents supports tels le papier, l’internet ou la vidéo, je crée de petites mises en scène formant des récits que le spectateur peut compléter à sa guise.

L’abandon des images existantes entraîne des questionnements de différents ordres. Que restera-t-il de nos familles sans documents pour attester de leurs existences? Quelles furent les stratégies mises en place par les multinationales pour nous vendre le bonheur? Fillettes, toutous, mascottes, couples, phrases et slogans redoublant le visuel sont autant de motifs et de procédés que je privilégie pour rendre compte de nous. À l’oubli, j’oppose la récupération, le jeu et les petites histoires. D’autant que la prolifération des images soulève déjà un questionnement écologique auquel nous ne savons pas répondre.